La rencontre

EOS 20D, 10-22 mm à 10 mm —” f / 9 — 1/1250 s, 200 ISO, M, flash — 2508005

Cette photo relate l’instant le plus marquant de ma vie. À la recherche d’une thomise ou tout autre sujet champêtre, j’étais tranquillement en train de billebauder dans une verte prairie estivale. Subitement, sorti de nulle part et rugissant, un monstre à cornes de plus d’une demie-tonne m’a chargé, la bave rageuse aux lèvres et les yeux injectés de sang. Face à cette masse hostile et intangible j’ai senti défiler ma trop courte vie dans un éclair subliminal. Le souffle rugissant du monstre sur moi, je n’ai eu d’autre choix que de de puiser dans les ressources les plus profondes de mon être. Instinctivement, mû par un réflexe fulgurant, c’est avec le flash de mon appareil photo que je me suis défendu, tel Tintin face au Yéti. Éblouie et effrayée par l’éclair, la bête est repartie au galop, faisant gronder la terre des lieues à la ronde. Tintin et la photo venaient de me sauver la vie.

Jardin botanique, Bordeaux

EOS 5D Mark II, 24-70 à 24 mm, 1/1000 s, f10 — 400 ISO, M — montage de 11 clichés

Ici le jardin botanique de Bordeaux est transformé en une mini-planète digne du Petit Prince : une étrange boule qui rassemble des falaises, des arbres et des immeubles. C’est un montage de 11 photos prises verticalement au grand-angle qui donne au final une image particulièrement détaillée de plusieurs dizaines de millions de pixels.

Dans la cage du lion

EOS 5D — 50 mm 1/640 s à f/2,0 ISO 500, M

Le groupe de musiciens les Voisins D’en Face a négocié directement auprès du dompteur Frédéric Edelstein l’accès à la cage aux lions du cirque Pinder pour une séance photo exceptionnelle. Beaucoup de précautions sont nécessaires pour s’approcher de ce félin de 230 Kg. La séance n’a duré qu’une minute et onze secondes si j’en crois les données des fichiers de mon appareil photo. Ce qui m’a le plus impressionné c’est le caisson de basse intégré que le lion a dans son buffet lorsqu’il ronronne… Le groupe, lui, a été déçu de ne pas avoir pu s’amuser avec le lion en grimpant dessus…

Sphynx

 

Chat Sphynx

EOS 5D, 300 mm IS, 1/80e, f4 — 1600 ISO, AV

Je filmais des interviews d’éleveurs à la chaîne lors d’un salon international félin à Toulouse pour le compte d’une grande marque de croquettes. Bref…

J’y ai croisé un photographe spécialisé en chats qui cartonne dans le milieu. Je me suis dit être très heureux d’avoir le luxe de pouvoir diversifier à la fois les sujets et même les métiers (photographe, vidéaste, comédien). J’en ai profité pour tirer à la volée le portrait de cette championne. Les propriétaires m’ont dit qu’il ne faut pas juger sur les apparences : les sphinx seraient des chats doux et sensibles… tant qu’on est pas une souris.

Sur le vif


EOS 5D — 50 mm 1/200 à f / 2 ISO 1000, AV

Parfois il faut savoir mettre de côté son devoir paternel quelques instants pour ne pas louper un instant fugace de pure poésie entre frères. On a la photo dans la peau ou pas…

Le dos

EOS 5D — 50 mm 1/125 s à f / 1,4 ISO 3200, M

Parfois le progrès du matériel et la technique peuvent être comme des catalyseurs : ils permettent de prendre des clichés à l’extérieur, passé 22 heures au mois de juillet, alors que la pénombre règne. Il peut alors apparaître en noir et blanc, avec le jeu du cadre, ce que l’œil nu ne perçoit pas : de la matière en dégradé, quasi abstraite. L’oreille elle, n’entend qu’un enfant qui pleure.